Témoignage

Suite à un débat sur le unschooling, je reste pensive et réflexive…

J’ai fait quelques recherches sur le fondement de ce mode de pensée. Il est très intéressant et je pense que l’idée que l’enfant met pleins de pièces de puzzle dans sa tête et tout d’un coup cela prend forme. C’est tellement vrai ! Mais, parfois, j’ai l’impression que pour mettre toutes ses pièces ensemble, il a besoin d’un minimum d’encadrement et de structure pour aller un peu plus vite…ce que je retiens très fort, c’est également la joie inné de l’enfant pour l’apprentissage, de découverte,…

D’ailleurs, une petite recherche d’enseignement et d’éducation. C’est très intéressant que l’enseignement fait partie intégrante de l’éducation. L’enseignement à une dimension de transmettre des savoirs ! Et, également, j’aime beaucoup l’image d’un maître qui allume une flamme dans son élève. Et, le rôle de l’élève est de cultiver cette flamme lorsque le maître à terminer son travail. L’enseigné reprend le flambeau.

J’avais envie de partager un peu plus de moi. Pourquoi mon parcours débutant en instruction en famille ait été autant difficile ?

Au début de mon aventure, à l’image de mon éducation, je pensais que tout était facile et me tomberait dessus. Je n’avais pas de cadre clair, ni de structure familiale bien établie. Autrement dit, ma vie de famille ressemblait au chaos. Cela va quand il y a un ou deux enfants, mais quand il y en 4 ou 5, la vie devient infernale. Pleins de personne me disaient que je manquais de cadre, mais pour moi, non. Je disais non ! Mais, force de contaster,  ces personnes avaient bien raison.

J’étais un peu idéaliste et utopiste ; sans cadre, ni loi. Je ne supportais pas l’idée de faire du mal à mes enfants. Pendant un temps, je laissais tout faire puis je pétais les cables. Mais, je n’étais jamais à l’aise de le vivre ainsi. J’étais triste et malheureuse. Je souhaitais une éducation non violente.

Je ne savais pas comment mettre en cadre et le tenir. Je n’arrivais pas à m’organiser !  Puis, petit à petit, pleins de symptômes se sont développés chez mes enfants : des jeux de dominations-soumissions, de la violence, des cris, des caprices, des pleurs, des luttes quotidiennes entre eux pour trouver leur place. Au milieu de tout cela, mon instruction en famille a fait son chemin difficilement ! D’ailleurs, dans le livre de l’enfant dans sa famille de Maria Montessori, elle parle bien de punition, de ne pas tout laisser faire, de cadre qui structure la vie de l’enfant tout en laissant la liberté de choix. Aujourd’hui, j’ai compris….depuis que j’ai mis des règles et un planning en place, les enfants accrochent et deviennet de plus en plus acteurs de leur apprentisages.

Qu’est ce que j’ai compris de mon histoire ?

Les blessures et cassures de notre propre vie nous empêchent de voire les besoins de nos enfants. Elles nous rendent indisponible. Lorsque rien n’est construit dans sa vie, il est très dure de trouver un chemin et de construire autre chose.

Le manque d’organisation et de rangement me fait perdre beaucoup de temps et d’énergie.  Le manque de cadre empêche les enfants de grandir et ils s’enferment dans des shémas malsains. Ils sont insécurisés et développent de drôles de symptômes pour se faire entendre. Une structure chancelante sans ritualisée, constamment changeante au grès des émotions, n’apporte pas la paix. Personne  ne sait ou on en est !

Ajouter à toute cette problèmatique, des difficultés externes se sont rajoutées ; accident, hospitalisation d’un enfant, conflit juridique, changement de travail, etc.

Il y a une année, j’ai commencé à apprendre à m’organiser, faire des plannings, quel soulagement ! Plus de rendez-vous oublié, tout est écrit et planifié. Mon cerveau se libère d’un poids un énorme.

Au début de cette année, notre famille allait droit dans le mur. Mon mari n’y arrivait plus et moi non plus. Je ne comprenais rien.

Super Nanny, un esprit encombré donne une maison encombrée ! C’est tellement vrai.

Puis, après pleins de journée, hyper compliquée, une amie de cœur m’a conseillé supernnanny. Ouf, la trouvaille du siècle, en fin la pilule tombe. Une vraie pilule miracle ! Je comprends bien mes erreurs et j’ai en fin un exemple de comment placer des cadres autour de mes enfants. C’est parti, je révolutionne complètement notre vie de famille avec une organisation beaucoup plus ritualisée et des cadres.

Il a également fallut que je réorganise tout notre appartement.

J’ai également tout retravaillé ma manière d’aborder mes enfants dans l’apprentissage. Et, pour moi, le plus important est appelé : l’art d’accompagner les enfants.

Après quelques mois, d’applications, de nouvelles difficultés apparaissent ; je réalise mes propres rapports avec l’autorité très mauvaise d’où le manque de constance. Et, hop, un petit travail sur soi et c’est reparti. Des blesssures très profondes refait surfaces….et là, c’est la libération. Je me sens revivre et je réalise en fin que je fais partie du monde normale. Victoire d’une bataille de plusieurs années.

Aujourd’hui, je suis capable de devenir constante, de supporter des journées très ritualisées et d’être constante dans les soins de  mes enfants, d’avoir un appartement rangé.

Malheureusement, mes enfants ont souffert et il faut du temps pour rattraper les travers. Mais, je vois mes enfants heureux, se faire des câlins entre eux, ma fille retrouver son papa, un père qui trouve en fin du temps pour jouer avec ses enfants, les plus grands trouvent en fin leur place, une instruction en famille digne de son nom ! Un enfant qui ne mangeait que des pâtes, qui mange de tout. Une fille impolie devenir polie. Des enfants qui me sautent continuellement dans mes bras pour recevoir de l’affection, plus de caprices, plus de violences continuels, etc.

J’en ai tellement rêvé, mais à la fin je n’y croyais plus arrivant à frôler un burn out !

Un autre point, très difficile, c’est qu’au début de mon aventure, je n’y connaissais absolument rien. Il était très difficile et de trouver de la documentation ou autre sur le sujet. Et, les histoires d’Harmos que personne ne connaissait ! J’ai appris pas à pas, recherche après recherche….

Mais, après avoir passé autant d’épreuves et difficultés, je me sens plus forte que jamais….d’autant plus que mes enfants font de réels progrès….je savoure le bonheur d’y arriver en fin. J’aime ce que je fais et je ne voudrais pour rien au monde arrêter.

J’aime tellement voire leur fierté, leur joie de réussir. J’aime les voire languir derrière un travail parce que maman doit prendre le temps de le préparer ! J’aimer voir mes enfants se mettre ensemble pour apprendre, découvrir ! J’aime tellement leur apprendre des trucs qui soit disant ne sont pas de leur âge ! Ils sont tellement preneur. Bon, après leur question ne sont pas simple non plus…

Oh, oui, que de bonheur !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s