grand questionnement qui trouve petite réponse

Ces derniers temps, je me redécouvre d’une manière nouvelle et totalement autre. Je suis parfois même surprise de moi-même. J’ai réalisé mon chemin parcouru pour sortir des traumatismes et de souffrances. Au fond, j’ai découvert la richesse de la souffrance et de la blessure.  La souffrance qui donne la vie, la souffrance qui fait grandir, la souffrance qui ne détruit pas mais qui donne un sens, la souffrance qui nous amène à nous questionner, la souffrance quelle amie ! Et, oui, pour moi, la souffrance, le traumatisme peut être source de vie à l’image de la douleur de la femme qui accouche.

Je voudrais tellement que ce que j’ai comme trésor le partager à d’autres….être une espérance dans un tunnel qui semble sans fin.

Ces jours, suite à une rencontre avec d’autres personnes dont le thème était apprendre autrement, j’était fortement interpellée par le mot suivant; accompagné de l’enfant de le respect.

Qu’est ce que cela signifie dans notre vie de tous les jours…Et, puis lorsque on a vécu des traumatismes, l’envie de protéger est fort.  Alors comment amener mes enfants au mieux  à vivre leur propre vie. J’ai pris conscience qu’il est impossible de protéger nos enfants de tout et ne sommes nous nous même pas toxique pour eux quelques fois ?

Depuis, quelques semaines, je m’intéresse de prêt à la résilience avec Boris Cyrulnik. Ce soir, je suis tombé sur le livre de la résilience aux éditions jouvence de Rosette polleti. Une grande perle dans mon questionnement….

Je pense enfin trouver le chemin et un semblant de réponse….qu’est ce qu’il est de mieux pour mes enfants; être protégé de tout ou leur donner les moyens de supporter les pires sévices en leur apprenant à devenir résilient eux-mêmes !

J’aime ce concept et je vais le travailler pour mes enfants. A mon avis, le plus beaux  cadeaux est de leur apprendre la résilience et comment le devenir, comment faire face à l’adversité en leur donnant les moyens, d’être pour eux un exemple.

Lutter et encore lutter pour gagner. Comment gagner lorsque l’envie de vengeance est forte ? lorsque l’envie de justice est forte ? Je crois que la réponse est simple: de surmonter le mal par le bien. Le chemin est parfois long, mais il y a toujours une sortie, il y a toujours un homme, une femme sur notre chemin qui permettra un bout de reconstruction. Ces bouts de vie ne se fera rarement sans l’autre. L’importance de la parole est primordial et pourtant, pas si simple de trouver une personne qui nous écoute sans jugement et prêt à affronter les pires paroles….mais ses personnes existent.

Puis, selon Boris Cyrulnik, la vie sans traumatismes, sans rien à surmonter serait surement très monotone.

Bon, pour aujourd’hui, je m’arrête là…

Bonne lecture et réflexion à tous. Une pensée à tous ceux qui traverse une crise. Mon cœur est avec eux !

La vie n’est simple, mais lorsqu’on apprend à voir les petites choses, les trésors dans la vie des autres, alors, elle est riche, passionnante et magique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà, un nouveau pas de franchi pour moi…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s